AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 just let it out (noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: just let it out (noah)   Jeu 12 Déc - 22:47


Journée de cours comme une autre à part que tu pouvais sentir l’excitation de tes élèves à l’idée de Noël mais aussi surtout des célébrations du championnat. Tu pouvais voir qu’ils n’attendaient que ça et d’après tes collègues, c’était la seule chose dont ils parlaient en ce moment. Tu ne faisais que peu attention à ce dont les élèves parlaient dans ton cours de sport car tu essayais de leur laisser peu de temps pour parler à vraie dire. Et puis ta dernière heure de cours arriva, juste avant le déjeuner. Tu n’avais pas cours de l’après-midi, tu devais aller aider pour préparer les festivités à la place mais cela te changerait un petit peu de ce que tu faisais avec tes élèves. Ta dernière classe arriva des vestiaires prête à faire du sport. Enfin, tu ne pus t’empêcher de sourire en coin quand tu vis les soupirs des demoiselles qui n’avaient aucune envie d’aller transpirer pendant plus d’une heure. Malheureusement, elles avaient compris qu’avec toi elles n’avaient pas le choix et tu étais peu touché par leur charme. Tu pouvais reconnaître qu’elles étaient mignonnes mais ça te touchait autant que les pleurs d’un bébé. Oui, tu étais homosexuel et tu te faisais toujours un plaisir de ne pas le dire à tes nouvelles classes à la rentrée et les voir se ridiculiser un peu. Cependant, maintenant que tu étais là depuis quelques temps les nouvelles voyageaient vite à Tree Hill. Tu les faisais donc courir pendant dix bonnes minutes. Ca commençait toujours comme ça et le premier qui marchait devait en faire cinq minutes de plus, ils étaient prévenus. Tu en profitais pour installer les filets de badminton que tu n’avais pas eu le temps de complètement installer. Tu les laissais ensuite prendre des raquettes et se mettre à jouer, vous faisiez cela depuis quelques semaines, ils avaient compris comment ça marchait. Tu chronométrais simplement les matchs en faisant attention à ce qu’ils jouent tout de même. Mais d’habitude, tu étais accompagné dans ta tâche par Noah qui ne pouvait s’empêcher de continuellement parler de tout et de rien. Cependant, cela faisait plusieurs cours que tu ne l’avais pas vu agir de cette manière et cela te faisait un petit peu flipper. Il avait l’habitude de surgir partout, à tous les moments de la journée pour te raconter une partie de sa journée et que tu racontes une partie de la tienne mais il ne l’avait pas fait depuis plus d’une semaine. Et tu n’avais pas été le seul à remarquer que quelque chose n’allait pas, tes collègues avaient remarqué aussi. Tu avais déjà essayé d’aborder le sujet mais tu avais pu voir que le jeune homme n’avait aucune envie d’en parler ce qui était très surprenant pour le coup mais tu n’avais pas cherché à le pousser en te disant que ça finirait par passer. Après tout ça pouvait arriver de ne pas avoir le moral et ses amis étaient là pour le lui remonter. Mais cela n’était pas passé et cela ne semblait pas prêt de le faire. Tu le vis essayer de marquer des paniers, tu avais renoncé à lui faire pratiquer un sport vu que tu serais en train de l’amener à l’hôpital de la ville après chaque cours si c’était le cas. Tu pris donc la décision de le coincer à la fin du cours pour discuter parce qu’il était hors de question qu’il continue à faire la tête de cette manière, ce n’était pas sain et des fois il vaut mieux en parler, tu en savais quelque chose. Tu laissais donc le cours se dérouler le plus normalement possible et tu envoyais tout le monde aux vestiaires quelques minutes plus tôt que d’habitude ce qui ravit pas mal de gens mais Noah semblait dans ses pensées et n’avait pas remarqué ce qui était parfait. Vous pourriez parler tranquillement, tout le monde serait bien trop occupé à aller déjeuner pour repasser par le gymnase. Tu t’approchais alors du jeune homme avant de lui dire : « Tout va bien Noah ? Ca fait un petit moment que tu es silencieux. » Oui, tu n’avais jamais été quelqu’un qui tournait autour du pot, tu allais à l’essentiel. Noah au contraire semblait détester aller à l’essentiel et adorait raconter les moindres détails. Tu vis qu’il essayait encore d’éviter le sujet, de tourner autour du pot mais tu n’allais pas le laisser faire. « Vaut mieux en parler tu sais, ça fait toujours du bien. » Et puis tu n’étais pas quelqu’un qui jugeait les autres aussi facilement alors tu espérais que le jeune homme n’ait pas peur que tu te moques de lui ou peu importe ce qui lui passait par la tête comme raison débile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Noah Gallagher
MESSAGES : 7
ARRIVE(E) LE : 11/12/2013

MessageSujet: Re: just let it out (noah)   Ven 13 Déc - 7:28


Les journées se suivent & se ressemblent à Tree Hill. Et merde, pourquoi faut-il que je sois né dans cette ville pourrie ?? Enfin, c'est un peu injuste de dire ça. Dans un sens, j'aime bien ma ville. Elle est accueillante & on s'y sent facilement chez soi. Mes parents disent que c'est l'endroit où tout les rêves peuvent se réaliser. Bof, je n'irais pas vraiment jusque là. Qu'est-ce qu'elle a de si particulier cette ville après tout ?? Oui, il y vit plusieurs légendes du basket local, mais autrement, il n'y a rien de particulier. Enfin, ce n'est pas vraiment contre Tree Hill que j'en ai depuis un petit moment. C'est plutôt contre moi, contre ma propre personne. Je m'en veux terriblement. Je me déteste même de ne pas être comme tous les autres garçons. Je ne suis pas normal, tout simplement. Ce n'est pas normal que je ne m'intéresse pas aux filles du lycée. Aux pom pom girls qui plus est. Je les ai bien regardé lors des matchs ces derniers temps. Elles étaient vraiment très jolies, ça, je ne pouvais pas le nier. Le hic, c'est qu'elles ne m'intéressaient pas. Je ne trouvais pas leurs corps attirants, tout simplement. Je trouvais ceux des joueurs de basket beaucoup plus appétissants, & c'est là que le problème commence. Je ne peux pas être gay. C'est complètement impossible. Je ne peux pas faire ça à ma famille. Ils ne s'en remettraient pas. Et merde, ma mère m'a demandée quand je pensais me faire une copine. Elle ne réalise donc pas que son petit garçon chéri n'a aucune envie d'avoir une petite amie. Qu'il préférerait de loin s'assumer complètement tel qu'il est, peu importe ce que les autres en penseront ?? Comme si c'était possible. On sait tous que l'opinion des autres doit toujours compter. Hélas.

J'ai cours de sports aujourd'hui. Habituellement, j'en aurais eu la nausée. J'ai toujours détestée cette matière, & bien franchement, elle me l'a toujours bien rendue. Je suis complètement nul. Peu importe le sport ou l'exercice en question, je finis toujours par me mettre les pieds dans les plats & risquer de me blesser ou pire, de blesser quelqu'un d'autre. Bref, j'ai toujours fuît ces cours comme la peste. Seulement, cette année, c'Est différent. Parce qu'il est là LUI. Adam. L'enseignant le plus intéressant que j'ai eu la chance de voir au cours de ma jeune vie. Tout a commencé au moment où il m'a proposé de l'aide. Un lien c'est créé presque instantanément entre nous & nous avons rapidement parlé de tout & de rien. Enfin, moi j'ai parlé. Comme toujours, je suis un vrai moulin à parole. Et Adam m'a toujours écouté, espérant sans doute dans son fond intérieure que je finisse par me taire mais sans pour autant me le dire. J'appréciais fortement sa compagnie. Peut-être un peu trop. C'est pourquoi j'essaie de mettre une distance entre nous désormais. Parce que je ne peux pas me laisser aller à de telles pensées à son égard. Qu'en penserait-il s'il finissait par l'apprendre ?? Je préfère ne pas y penser. Alors je tente de me faire discret. Je fais tant bien que mal les tours de piste qu'il nous ordonne de faire au lieu de l'aider, comme à mon habitude, à monter les filets de badminton. Puis, je vais m'asseoir sur le banc pour le reste du cours. Personne ne voudrait jouer avec moi & je n'en ai pas envie de toute façon. Tout ce que je veux, c'est quitter ce gymnase pour aller m'enfermer dans mon mutisme pendant l'heure du déjeuner. Mes copains commencent eux aussi à s'inquiéter mais je m'en fiche. Il est hors de question que je fasse part à qui que ce soit de mon grave problème. Ils me regarderaient tous différemment & je détesterais ça.

Je me rend bien compte que tous les étudiants commencent à quitter le gymnase pour aller se changer, mais je suis trop plongé dans mes pensées pour bouger le moindrement. Je ne sors de ma torpeur qu'au moment où Adam vient m'intercepter, me posant la question qui tue. « Tout va bien Noah ? Ca fait un petit moment que tu es silencieux. » Ahh non !! Je n'ai aucune envie de parler de tout ça. Surtout pas avec lui. Il me prendrait pour un véritable dingue. Surtout s'il venait à savoir les pensées que j'ai déjà eu à son égard. Ce mec, c'est le parfait portrait du mec virile. Oui, j'ai déjà entendu certaines rumeurs à son sujet, mais ça ne veut pas dire pour autant qu’elles sont vraies. Peu importe, je ne veux pas me confier. Pas maintenant. « Ouais, tout va bien. Aucun soucis. » Je fais mine de me relever pour aller me changer à mon tour, mais il m'intercepte une nouvelle fois. « Vaut mieux en parler tu sais, ça fait toujours du bien. » Mais il va me lâcher les baskets à la fin !? Il ne comprend donc pas que j'ai besoin d'être seul ?? Malgré la panique qui commence à monter en moi, je me force pour esquisser un petit sourire forcé afin qu'il en vienne enfin à me laisser partir. « Laissez tomber Adam. Vous ne comprendriez pas de toute façon. » Comment est-ce qu'il pourrait comprendre que son élève le plus collant en pince pour des mecs ?? Et un peu sur lui qui plus est ?? Non, mieux vaut que me taise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: just let it out (noah)   Sam 14 Déc - 1:34


Tu n’avais jamais fait d'études de psychologie et pourtant … On t’avait prévenu quand tu étais en train de passer ton diplôme que tu serais amené à faire de la psychologie tous les jours en devenant professeur et de la psychologie sur la tranche d’âge la plus incomprise de toutes. La tranche adolescente. Mais tu étais encore un jeune professeur et tes années au lycée étaient encore fraîches dans ton esprit surtout avec une expérience comme la tienne. Tu n’avais tout de même jamais trop eu à te plaindre. Tes parents n’avaient eu aucun problème sur ta sexualité et même si les premiers temps n’avaient pas été faciles au lycée, au final tu avais découvert que Tree Hill était bien loin d’être une ville homophobe. Il y en avait bien entendu mais n’y a-t-il pas des homophobes partout ? Tu te souvenais de chaque expérience et des longues heures que tu avais passées dans ce gymnase et sur les terrains qui l’entouraient. Tu trouvais de temps en temps cela ironique que tu y reviennes passer tes journées mais cette fois c’était toi le professeur et tu devais avouer que c’était bien plus marrant. Cependant, le comportement de Noah t’avait toujours étonné. Tu n’avais jamais rencontré personne dans son genre, personne qui parle autant et qui soit aussi mauvais en sport. Oui, parce que tu avais vu des gens mauvais en sport mais là pour le coup c’était assez effrayant de voir à quel point il était mauvais mais cela n’avait pas l’air de le perturber. Cela faisait plus d’une semaine que tu le voyais complètement silencieux. Au début, tu avais été soulagé, tu avais pensé qu’il devait y avoir un moment où il avait besoin de s’arrêter alors tu n’y avais pas porté attention mais son comportement n’avait pas changé depuis ce jour là et après qu’il n’ait pas arrêté de te parler depuis le début de l’année à chaque séance de sport et en dehors, tu commençais sérieusement à être paniqué. Tu ne savais pas pourquoi cela te préoccupait tant alors que tes collègues te disaient de laisser passer. Mais tu pouvais te revoir en Noah en quelque sorte. Tu doutais que son problème soit le même que le tient à son âge mais son problème le rongeait de l’intérieur et ça tu n’aimais pas du tout. Tu devais avouer que tu t’étais attaché au jeune homme durant ces quelques mois et cela te faisait peur des fois mais après tout tu avais bien le droit d’aimer un peu tes élèves non ? Sinon cela serait complètement inutile de faire ce métier … Tu menais donc ton cours de sport comme à ton habitude sauf que cette fois encore Noah n’était pas en train de commenter tes moindres mouvements, il était assis sur le banc et attendait simplement que cela passe. Cela t’exaspérait au plus haut point car même s’il ne faisait pas grand chose quand il te parlait, il était toujours plus actif que sur le banc où pour le coup il ne faisait vraiment rien du tout et tu détestais ça, l’immobilité était quelque chose que tu détestais.

Tu décidais donc à la fin du cours de coincer Noah pour que tu puisses comprendre ce qu’il se passait. Il était clair qu’il n’en parlerait à personne car sinon il l’aurait fait donc tu allais devoir insister un peu mais tu espérais que tu n’aurais pas trop à insister. Tu espérais aussi que Noah voyait qu’il pouvait avoir confiance en toi, tu étais loin de juger les gens en un clin d’œil et tu avais toujours été très ouvert d’esprit ce qui aidait en général beaucoup. Ta famille te répétait sans cesse que tu étais une excellente oreille. Tu allais donc voir le jeune homme pour lui demander ce qui n’allait pas et bien sûr il te répondit : « Ouais, tout va bien. Aucun soucis. » Tu te contentais de lever les yeux au ciel. C’était complètement ridicule tout ça, bien sûr qu’il n’allait pas bien et vous le saviez tous les deux. Mais bon, il voulait faire son têtu alors tant pis, tu allais devoir creuser pour trouver les réponses et tu étais prêt à le faire s’il le fallait de toute manière. « On sait tous les deux que ce n’est pas le cas Noah, rien que le fait que tu sois silencieux suffit à me faire voir que quelque chose ne va pas. » Ca et pleins d’autres petits détails que tu refusais d’admettre bien entendu. Tu préférais donc te concentrer sur le plus évident, ce que tout le monde avait remarqué. Tu savais qu’être attiré par ton élève était la pire chose qui pouvait t’arriver mais rien ne se passerait de toute manière, tu étais persuadé que ce n’était que passager. « Laissez tomber Adam. Vous ne comprendriez pas de toute façon. » Celle-là tu l’attendais et elle était arrivée. Il ne se doutait pas de tout ce que tu pouvais comprendre, non il ne te connaissait pas. Contrairement à lui, tu n’aimais pas confier toute ta vie aux gens en parlant sans cesse, non ce n’était pas ton genre. Tu finis alors par lui dire : « Tu veux parier ? J’ai traversé pas mal de choses aussi au lycée et je sais comment ça se passe. On me dit que je suis une très bonne oreille. Tu devrais parler Noah, tu ne pourras pas le garder pour toi pour toujours et je ne te jugerai pas c’est promis. » Tu voulais avant tout le mettre en confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: just let it out (noah)   

Revenir en haut Aller en bas
 

just let it out (noah)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Gordon, Noah] Le médecin d'Ispahan
» Kurt et Noah
» N'oublie Jamais [Noah & Allie]
» HOMMAGE A NOAH
» Noah GORDON - la médecin d'Ispahan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TREE HILL TOWN :: harp avenue :: TREE HILL HIGH SCHOOL-